L’Intelligence Artificielle et l’emploi : entre opportunités et défis

L’impact de l’intelligence artificielle (IA) sur l’emploi constitue un sujet de débat brûlant, surtout après la publication d’un rapport par le Fonds monétaire international (FMI) qui souligne que 60% des emplois dans les économies avancées seront affectés par l’IA. Kristalina Georgieva, la directrice générale du FMI, évoque cette situation comme une source potentielle « d’inquiétudes » mais aussi comme une « formidable opportunité« , surtout dans le contexte actuel où la croissance de l’économie mondiale « a été très faible ces dernières années« .

Renforcement des inégalités ou catalyseur de croissance ?

Selon le rapport du FMI, l’impact de l’IA sera particulièrement marqué dans les pays développés et certains pays émergents, où 60% des emplois pourraient être touchés. Cette évolution, note Georgieva, pourrait entraîner une augmentation des revenus pour certains, notamment pour ceux occupant des postes hautement qualifiés. Cependant, elle met également en lumière un risque d’accélération des inégalités salariales, particulièrement préjudiciable pour les classes moyennes.

Un fossé grandissant entre les nations

Le FMI exprime sa préoccupation concernant la façon dont l’IA pourrait creuser l’écart entre les pays avancés et les autres. Georgieva souligne la nécessité de « aller vite » pour permettre aux pays moins avancés de profiter des opportunités offertes par l’IA. Elle insiste sur l’importance de dépasser les craintes liées à l’IA pour se concentrer sur l’exploitation de ses avantages pour tous.

Des défis budgétaires et économiques à l’horizon

Dans un contexte de hausse des taux d’intérêt et de fort endettement, exacerbé par la pandémie, la guerre en Ukraine, et la hausse des prix, Georgieva appelle les États à une gestion prudente de leur budget. Elle souligne le problème croissant de la dette pour certains pays, limitant ainsi leur capacité à investir et à financer les services essentiels. Elle insiste sur la nécessité pour les pays de reconstituer leurs coussins budgétaires pour être prêts à faire face aux imprévus.

À lire aussi :  Vers une réforme du congé parental : l'initiative d'Emmanuel Macron pour un "congé de naissance" amélioré

Une année électorale difficile

Georgieva met en garde contre les pressions budgétaires supplémentaires qui pourraient survenir en 2024, une année marquée par des élections dans près de 80 pays. Elle prévoit que cette année sera difficile et souligne l’importance d’être prêts à faire face aux incertitudes futures.

L’IA représente donc un double tranchant pour l’économie mondiale. D’une part, elle offre un potentiel de croissance et de développement économique considérable. D’autre part, elle pose des défis en termes d’inégalité, de gestion budgétaire, et d’équilibre économique mondial. La clé réside dans une approche équilibrée qui maximise les bénéfices tout en atténuant les risques associés.

Déjà lu 46 fois !